Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aqueduc

Publié le par Alain

Game of  My Mother

Le 30 avril dernier, notre mère, Huguette Pouget,  a rêvé d’un petit  jeu de cartes où l’on déposait ces dernières selon un logique bien mémorisée.
Dans l’après-midi, après quelques mélanges en queue d’aronde,  il nous restait donc à jouer le rêve et y ajouter un autre dénouement, puis nommer le sujet.


 



Aqueduc

« Vous êtes tailleur de pierre et participer  à la construction d’un aqueduc.
Sur le chemin de nivellement, vous devrez passer le gué et apposer votre marque à des ensembles de pierres le plus souvent possible. »



En fait, nous vous vous proposons ici de jouer à un simple jeu de cartes où il s’agit d’être majoritaire dans la dépose de vos cartes.
Le jeu initial étant très hasardeux – un peu comme la part présente dans le « jeu de bataille » -, la prise des cartes de votre paquet personnel a été modifiée afin de contrôler quelques peu vos dépôts de cartes, voire d’associer quelques sorties de cartes afin de plier quelques autres cartes à vos adversaires tout en augmentant vos chances de ne pas avoir de malus en fin de partie.

Pour jouer à « Aqueduc »  il suffit d’un modeste jeu de 52 cartes et d’un partenaire ou plus.
Les parties peuvent être rapides ou s’enchaîner avec plaisir.
Elles peuvent également servir d’initiation à l’anticipation nécessaire à de nombreux autres jeux plus complexes.

Pour commencer à jouer :

Il suffit de distribuer les 52 cartes entre le nombre de joueurs puis qu'à tour de rôle chacun essaie de débuter l'alignement avec une carte de valeur 1,  et de poursuivre dans le sens horaire des joueurs pour poser une carte faisant suite dans l'alignement.

Au gué ! :

Le but de jeu est déposer ses cartes à jouer dans une suite croissante
En chacun des points de cette suite s’aligne logiquement et perpendiculairement les  cartes de même valeur.
Deux cartes de même valeur formeront un binôme.
Chaque binôme est attribué au joueur qui a terminé sa mise en oeuvre.

 


Sur la photo ci-dessus, la partie se  joue depuis quelques minutes.
Nous voyons la suite croissante allant du 1 au 5.
Des couples ont été formés en 1, 3, 4 et 5.

Au point 3 toutes les valeurs Trois ont été déposées.
Au point 5 figure un seul binôme et le début du second.
Pour continuer à jouer sur cet alignement, il est nécessaire de piocher un 6, un autre 5, un 4, un 2 ou un 1.

Les couples déjà formés sont identifiés à leur créateur :
Le joueur A a retourné une des cartes de ses binômes. Il possède donc 1 paire d’AS et une paire de Trois.
Le joueur B a laissé toutes les faces visibles de ses couples. Il possède donc une paire de Trois et une paire de Cinq.
Le joueur C lui a déposé un jeton sur son couple constitué de Quatre.

Le joueur suivant a pioché de son paquet a une Dame de Coeur, dans cette configuration il ne peut pas la jouer et la pose sur son paquet b.


Lorsqu’un joueur a déposé toutes ses cartes. On déclare la fin de partie puis on compte le nombre de binômes en possession de chaque joueur.
Les cartes restées en excès donneront des points malus.

Le Tailleur de Pierre choisit sa carte :

Durant la dépose des cartes, chaque joueur se constituera deux pioches.
A chacun de leur tour, les joueurs pourront :
Soit prendre la première carte du paquet A  et la déposer – ou pas - sur la table ou déposer cette carte à coté du paquet A pour former le paquet B.
Soit prendre la première carte du paquet B pour la déposer sur la table selon les règles de l’alignement ou du couplage.
Soit prendre la première carte du paquet A et l’associer à la première carte du paquet B ( qu’il aura au préalable mémorisée) si cette dernière est de même valeur afin de former un « couple de prise ».
Du paquet A ou du paquet B, les cartes sont toujours empilées ou retirer face cachée.
Mémoriser la dépose d'une carte sur le paquet B est donc conseillé. 


Les règles de construction de l’Aqueduc :

Elles visent à aligner les cartes dans un ordre croissant ( Du 1 pour l’As, jusqu’à 13 pour le Roi).
Elles autorisent le « couplage » de cartes de même valeur et l’identification de son créateur par un signe distinctif.

Ainsi vous ne pourrez poser un premier trois seulement après la pose effective - ou présence - d' un deux.
Le deux a évidemment attendu la pose de la première pierre de valeur 1.
La dépose d’une valeur impossible à aligner selon le respect de l’ordre croissant se fera donc - face au joueur - sur le dessus de son paquet B.
Notons que selon cette règle, le dépôt des valets, dames, et rois peuvent s’avérer difficiles bien avant la fin de partie.
Heureusement ces cartes peuvent s’utiliser en « couple de prise » ( Spoïl ?)
 
De la Capture  :

A chaque tour, une carte sera déposée - ou pas – voire formera un « couple de prise » qui sera l’association d’un couple de cartes issues du dessus des paquets A &B  afin de former un couple de valeur supérieure à celui d’un « couplage » déjà présent dans l’alignement.
(Ouf…)

Il suffira au joueur de montrer ce dernier et de prendre possession d'un couple désiré.
Il est donc notable que les couplages de cartes peuvent ainsi être volés ou mis en dehors de l’alignement afin d’être « protégés »
Les 2 couples sont alors déposés face au joueur preneur et resteront visibles par tous.
Il est évident que de cette autre ligne, les « couples de cartes » peuvent aussi être repris ou volés pour changer une nouvelle fois de propriétaire...


 

Sur la photo ci-dessus :

Un joueur avait pioché de son paquet A une Dame de Coeur, et l’avait posé son paquet B.

 

A nouveau son tour, il choisit de piocher en A : apparaît la Dame de Pique !

Avec la Dame de cœur en B, il choisit donc de réaliser un « couple de prise » et aussitôt vole un couple appartenant à un autre joueur…

(Il aurait aussi pu choisir de « sauvegarder » l’un de ses propres couples.)


 

Ceci fait, il place ces cartes face à lui, disponibles -ou pas- aux autres joueurs jusqu’à la fin de partie.

 

 La fin de partie :

Elle se déclare immédiatement lorsqu’un joueur n’a plus de cartes à jouer

Les cartes isolées dans la construction sur table sont au préalable mises à l’écart.
Puis selon les signes distinctifs donnés aux paires de cartes présentes dans l’Aqueduc, chaque couple donne 1 point à leur créateur.


Rappel d’identification à 2 joueurs :
Une carte retournée dans un couple permet une identification.
2 cartes faces visibles en autorisent une autre.

A 3 joueurs et plus, des jetons aideront à marquer les couples.



Les « couples de  Prise » ou  « Volés », voire  « Protégés » déposés sur une ligne en face d’un joueur lui donnent évidemment un point par couple.

Les cartes restées en main des joueurs leur enlèveront 1 point par carte.


Maîtriser le courant ! :

Jouer les poses de cartes  à Aqueduc peut être très rapide, aussi nous vous conseillons de marquer le fin de votre tour de jeu par la déclaration suivante ; « Au Gué ! ».
Cela indiquera au joueur suivant son tour de jeu et ainsi de suite…



Bonne traversée
AP

Commenter cet article