Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nouvelle année

Publié le par Alain



Le Mardi 5 février,  est une belle occasion de refaire la fête et de jouer en famille.
Il s’agit évidemment à cette date d’accueillir le nouvel an lunaire, qui n’a rien de Chinois, sinon nous allons nous fâcher avec nos amis coréens.

SEOLLAL, dont il s’agit ici,  est l'une des principales fêtes traditionnelles coréennes (avec Chuseok). 
Sous l'occupation japonaise de la Corée, malgré son interdiction, sa célébration s'est poursuivie.
De cette période de subordination non pacifique (si le contraire existe) , de nombreux Dramas, séries télévisées visibles par exemple sur Netflix, en font bien quelques récits.

Liée au culte des ancêtres, Seollal dure trois jours : celui du nouvel an lunaire, la veille et le lendemain.

Les Coréens rendent visite à leurs familles dans leur région natale : ayant revêtu l'habit traditionnel coréen: le hanbok, ils s'inclinent (jeol) devant leurs parents en signe de respect.
Les anciens prononcent alors les « souhaits de bonheur », et donnent de l’argent aux enfants en récompense du jeol.
Cette période peut être aussi riche d’enseignements consuméristes tout comme le sont nos fêtes de fin d’année solaire.

Les familles se rendent ensuite sur les tombes de leurs ancêtres.

Les arbres généalogiques et rang social lié au métier exercé ont eu une influence certaine dans les relations interpersonnelles durant des siècles.
La position sur cet arbre donnait également quelques obligations, ainsi celle du fils aîné ou de son épouse pour l’accompagnement des parents.

 

A ces jours, demeurent les plats traditionnels, comme le teokguk ou le manduguk et des jeux tels le combat de  cerf-volants  et autres  jeux traditionnels comme le Yunnori, jeu de plateau proche du jeu des petits chevaux.

Si Yunnori passe les générations et est joué en famille, la place du village lui offre aussi un espace de partage avec les voisins ou autres citadins.
Un espace où il est possible de crier sa joie ou son désarroi suite au résultat de votre jet de  bâtons !


Le jeu de Yut ( bâton) nori ( jeu ) ou  Yunnori  :
Le Jeu des Bâtons 

Ce jeu est proche du « jeu des petits chevaux ».
Il est composé d'un « plateau » comportant des cases, soit un rectangle de 6 cases de côté et de 7 cases par diagonale; soit d’un cercle avec une croix intérieure, la géom
étrie arrondie du plateau de jeu est alors une symbolique du cosmos.
La grande station au centre indique l’étoile polaire avec les 28 stations qui l’entourent, représentant les constellations.

Quelle que soit la figure du parcours,  il y a 29 cases.

Les familles fabriquent souvent  ce « plateau »  en tissu, voire le dessine sur un support de choix.
Ce plateau de jeu en tissu est appelé Malpan.

Par joueur ou équipe,  4 pions, meeples, pierres, boutons, ou autres objets seront nécessaires.
Ces quatre pions sont  appelés « mal » (/, cheval).


Du Geste :

Le jeu est lié à l'origine avec un système divinatoire chinois proche du yi jing où le lecteur projetait des branches d’achillées pour en retenir qu’un certain nombre puis trouver une page de l’oracle.
(Dans « Le Maître du Haut Château », un roman SF  de Philip K Dick, on peut y lire un usage dudit oracle.)

Dans le YUT nori, il s’agit pour avancer ses pions de lancer 4 morceaux de bois.
Ils remplacent nos petits dés cubiques et sont idéaux pour des lancers spectaculaires sur le tapis de sol.
Ils sont  à la base du Geste de ce jeu, tout comme l’usage du SHo Po sur son coussin fait le Geste du jeu des Dés tibétains,  tout comme - Taper du poing sur la table  avec un atout - est un Geste du jeu de Belote.

Du jet de bâtons et de leurs  combinaisons :

Les (Yut) comportent 2 faces, une face plate vide  et une face arrondie dessinée.
Soit des cylindres pleins coupés en deux puis décorés.

 

Le joueur lance les 4 (Yut) simultanément au sol et avance son pion du nombre de  dont la face plate et vide est tournée vers le haut.

1 côté plat vers le haut = 1 pièce bouge d'un espace. Ceci est appelé un porc ou Do .

2 côtés plats en haut = 1 pièce se déplace de 2 espaces. Ceci s'appelle un chien ou Gae .

3 côtés plats en haut = 1 pièce se déplace de 3 espaces. Ceci s'appelle un mouton ou un Geol .

4 côtés plats en haut = 1 pièce se déplace de 4 espaces. Ceci s'appelle une vache ou un Yut .

4 côtés arrondis vers le haut = 1 pièce se déplace de  5 espaces. Ceci est appelé un cheval ou Mo .

Note : un pièce peut être un ensemble de jetons situés sur la même case.

Il y a une zone délimitée dans laquelle les (Yut) doivent tomber, un bout de tissu ou une couverture repliée par exemple, disposée au sol,  voire un vêtement sur une table, sur laquelle les (Yut) sont lancés.
Si un des  n’atterrit pas dans cette zone, alors le joueur n’avance d’aucune case.


Des combinaisons supplémentaires :

Sur une face plate et vierge d’un des bâtons, on peut ajouter un petit motif, point ou symbole.
Lorsque que ce motif apparaît seul face visible  après la chute du jet de bâtons, il est alors demandé au joueur de reculer d’une case.
( Notons que dans le jeu de Tock, une autre variante du jeu des petits chevaux, où un jeu de cartes remplace les dés à jouer, il est également  possible de faire reculer un pion !)

Autre variation :
Lorsque un bâton tombe à cheval sur un autre bâton au sol , on gagne alors le droit de jouer un second jet après le premier déplacement de pion.

Du système binaire :
Il est évidemment facile de remplacer ces Yut par des jetons à deux couleurs, genre pions d’Othello Reversi  et d’ajouter une pastille à l’un d’eux si  on désire un jet de recul possible...

De petits morceaux de branches coupées en long peuvent faire office de bâtons.
Cette option a d’ailleurs été choisie par l’artisan allemand :

http://www.schamanisches-kunsthandwerk.de/


Du Bam :
Les bam yut ( ) sont plus petits, joués dans un bol et font le bruit « bam », d'où ils tirent leur nom. Ils sont populaires dans la province de Gyeongsang du Sud.

En Corée du Nord, des haricots (rouges et bleus) sont utilisés.

 

La Course du jeu :

Le plateau est composé de 29 cases.
Les pions démarrent d’une case d’angle, tous les joueurs partent du même endroit.
Il existe plusieurs chemins pour faire revenir ses pions à la case départ.


 



Le plus long étant de longer les côtés du plateau ou la circonférence selon le modèle de dessin retenu.
Le joueur peut bifurquer sur une diagonale uniquement si son pion s’arrête à l’intersection de celle ci.
(En ce point, nous notons que comme au jeu de Tock, la prise de raccourcis est possible avec le Yut nori.)

Le joueur pour gagner doit faire faire le tour du plateau à ses pions.
Pour cela, le joueur lance les quatre bâtons d'un seul jet et peut avancer d'un nombre de cases correspondant au nombre de bâtons sur le dos. Si les quatre bâtons sont sur le dos, il y a alors « yut », s'ils sont côté plat vers le sol, le joueur avance de cinq cases...

Les règles :

Une fois les (Yut) lancés, le joueur interprète le résultat, avance un pion, rejoue si il en a l’occasion, puis c’est au tour du joueur suivant.
A chaque tour, c’est le joueur qui choisit si il veut faire continuer à avancer un pion déjà engagé, ou à en mettre un nouveau en jeu.
Si un joueur avance son pion à une case sur laquelle le pion d’un joueur adverse est déjà présent, alors le pion de l’adversaire retourne à la case départ, et le joueur relance.

Si il atteint une case sur laquelle un de ses propres pions est présent, il peut alors décider de déplacer ces pions simultanément ou ensemble à partir du tour suivant. Cependant, si un joueur atterrit sur une case avec plusieurs pions adverses, tous les pions de ce dernier retournent à la case départ et seront réintroduits dans le jeu séparément.

Un jeu de 윷놀이

Vous connaissez à présent les règles de ce jeu, amusez- vous bien !

Le jeu se trouve dans n’importe quel  supermarché de Corée du sud, pour environ 2000 wons, mais vous pouvez aussi tout à fait vous en fabriquez un.
Vous pouvez aussi vous en procurer un en ligne par exemple sur des sites Tayloristes, ou sur le site coréen Gmarket (livraison en France pas toujours réalisable).

Différents sites proposent des « Print en play » faciles à réaliser à condition de ne pas avoir une imprimante à obsolescence programmée. (Sic !)

Nous serons en ce point  heureux de recevoir les photos de vos prochaines œuvres.


Relation Philatélique :

Le « Jeu de société » est une très bonne thématique pour les collectionneurs de Timbres qui ne veulent pas acheter obligatoirement toutes les éditions postales de leur pays .
Mais comme dans toutes collections, des objets devons posséder !


 


Le Polaroïd ci-dessus est le détail d’un timbre postal émis par les émirats unis nous montrant deux enfants jouant  à un jeu de Bâtons !
Avons-nous là, une variation du YUT nori ?

Sur la grand toile, il était difficile de trouver des images de jeux venant de ces émirats.
Seul le football et les tours de Dubaï dominaient les dites recherches.

Heureusement le timbre de notre philatéliste curieux indique le Musée d’Ajman,  je suis donc allé faire une petite visite virtuel du lieu via le site « Tripadivisor »
Quelques touristes y ont laissé quelques photos du lieu, ainsi on y retrouve une scène avec des gamins jouant au même jeu figurant sur le timbre.
Cependant sur le timbre, je pensai que les cases étaient des trous dans le sol ; au Musée les cases sont des pierres alignées!
Je n’ai pas encore compté le nombre de cases  et aucune version du « jeu des émirats » ne possède de diagonales.

Alors je ne peux pas encore répondre à la question.
D’ailleurs, dans cette contrée, le jeu de société est-il encore autorisé ?
Le jeu d’échec y a récemment fait l’objet d’une forte critique dissuasive.

Reste, que je dois écrire au conservateur du Musée d’Ajman pour en savoir plus sur ces objets .

En ce point, ne lâchez pas la face de vos bâtons, ils peuvent vous soigner !

Alain

 

Voir les commentaires