Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

gestion

SALINE : Le Salaire de la Patience

Publié le par Pen Bron


 Œillets et Saline – Presqu’ile de Guérande


Effectivement, nous l’avons attendu ce jeu.
Financé sur Ullule, les méfaits économiques du Covid  19 ont retardé quelques peu son arrivée sur nos ludiques tables.
Par ailleurs, la Pandémie  suivant hélas son transit mondial, notre association de joueurs ne peut toujours  pas reprendre ses mensuelles assemblées.
Heureusement nos jeux de société sont  restés accessibles à nos  très proches, et  jouer à distance par écrans interposés s’est développé.
Par défaut,  des versions solos ont également été exploitables sur quelques titres.

D’ailleurs le « version Solo »  est récemment devenu  une option nécessaire  à l’édition pour  vendre un peu plus quelques nouveautés !
Cependant  jouer seul ou à plusieurs ne donne pas la même représentation d’une œuvre ludique.

Ainsi le nouveau jeu « Saline » réalisé par l’éditeur de « Dans les cordes », Chèvre édition, conçu par Maxime Blandin et coloré par Ronan Pincemin  propose un voyage dans le temps pour 3 à 4 joueurs .  
Un nombre de joueurs annoncé et assumé dès le début de la campagne de crownfunding.

Pour une version solo, il faudra donc proposé un « automa » digne de ce nom, remplaçant 2 joueurs au minimum, voire construire des scénarios du type « Je suis le héros » afin de se vivre en tant que paludier selon les règles de ce jeu . Ces scénarios pourraient évidemment  être une bonne initiation à ce jeu …
Reste qu’en ce jour, la « communauté des joueurs en solo » sur facebook et ailleurs n’a pas encore fait de proposition. Chose normale puisque la «  belle boite » sera vendue en boutique qu’à la fin de ce mois d’août 2020.


 



SALINE : le jeu dont vous êtes le Paludier.


Vous êtes donc un éleveur de Sel .
Soit un cultivateur d’une ressource essentielle de votre temps – le 18 ème siècle - pour conserver  toutes  les denrées alimentaires.
Rappelons qu’à votre époque,  on ne connaissait ni la pasteurisation, ni le frigidaire.

Au départ, vous disposez seulement d’une petite surface de culture, un « œillet », soit un bassin que l’on irrigue ou pas avec l’eau alimentée par l’océan voisin;  puis que l’on laisse se vider par évaporation pour récolter le Sel.

Note : Posséder 8 Oeillets peut provoquer une fin de Partie.

La Fleur de l’oeillet :

Au fil de la partie, selon votre goût de la compétition, de votre amour de la gestion, de votre sens paysan, vous allez chercher à maîtriser la météo journalière définie à chaque tour par un lancer de Dés figuratifs.


 



La Météo est la même pour tous.
La pluie gâchera évidemment la concentration de l’eau de vos « œillets ».

Et effectivement, vous chercherez  à accroître votre domaine, votre nombre d’œillets.
Ces derniers sont représentés sur des carrés de carton de différentes couleurs et en conséquence plus ou moins productifs.


 


Les « œillets » s’achètent avec l’argent de précédentes récoltes salines.
Chaque nouveau bassin  se placera autour de votre « Mulon »signifiant le Tas central de votre exploitation et  production.
Notons qu’autour de ce « Mulon » vous disposerez les différents carrés et leur couleur  afin de réaliser quelques objectifs affichés au centre de la table afin d’être récompensé  en fin de partie.

Il est également possible de collectionner les différentes couleurs.
Selon leur nombre et leur variation, une autre récompense s’ajoutera .

Notons que chaque couleur d’œillet est en nombre limité dans la pioche, il faudra donc veiller à vos choix lors de vos achats.

De la Gabelle :

La couleur de l’œillet influera le « nombre de cubes » de sel produit.
Mais de la vente de ces cubes est déduite la Gabelle, une Taxe sur le Sel, fluctuante au fil de la partie, sensible à la Météo et  autres événements.

Le Liar sera votre monnaie du fait que vous et vos voisins n’avez jamais vu un « Louis » ou que la paysannerie locale a aussi été contrainte à la « Grande Gabelle » sous Napoléon…

Soulignons en effet  qu’un Fond Historique du jeu peut apparaître  lorsqu’un paludier joue l’une de ses deux cartes « événement » en sa possession.


Des Cartes  :

Dans le pages de LUDOPATH, nous aimons les belles cartes !
Avec  Saline, les cartes sont un autre support à la thématique historique ou technique.
Elles participent aux rebondissements ludiques sans trop d’incidences extrêmes sur le reste des mécaniques de jeu.

Visuellement nous aimons leur « conception bipolaire », soit une illustration et un effet différents en haut et en bas de la carte.
Orienter la carte en la posant sur la table n’aura pas les mêmes conséquences sur votre aventure paysanne.


 



Quant aux cartes « Faveur », chacun en reçoit une en début de partie…

En cas d’incompréhension, un glossaire repose dans les pages du livret de règles.
Une  Communauté de joueurs liée à ce titre est également lisible sur le Net.

 

Plus matériellement, nous avons aussi 53 cartes différentes que l’on peut facilement protéger (sleever) au format standard 63.5X88 MDG 7077  
A chacun de définir si la mise sous plastique est bien utile.


 



Saline revendique son respect environnemental, avec un impact réduit pour sa production.
Il est aussi une invitation à découvrir une pratique vivante et rurale liée à un paysage.
 
Nul doute que dans la région de Guérande, il pourra aussi donner un autre souvenir du travail des Paludiers, pour un public qui se devra être aussi curieux des « nouveaux jeux de société ».

Ailleurs, il côtoiera facilement vos autres titres agricoles.


Signé : Pen Bron

.

Voir les commentaires

PALM ISLAND – le jeu qui déboise !

Publié le par L'Ancien



Situé entre l’hypothénar et le thénar, soit presque dans la paume de notre main,  un jeu de 17 cartes s’est offert à nous afin d’aménager une petite île boisée en demeures et en temples de pierres.

Pour ce faire, une majorité de cartes peut être utilisée comme objet de ressources : du bois, du poisson, et de la pierre.

Il suffit pour cela de pivoter la carte à 90 degrés et de la placer en « Stock » derrière le paquet que vous tenez dans votre main gauche adroite.

Au fil de vos choix, votre paquet de cartes ressemblera à un « pistolet ».

Evidemment au fur et à mesure que vous prendrez une carte "Ressource" du dessus du paquet , vous pourrez la stocker avec un maximum de 4 cartes, ou encore défausser ladite carte en la remettant derrière votre paquet « pistolet ».
Là, vous travaillerez évidemment l’agilité de votre main mais cette tenue offre l’avantage de pouvoir jouer n’importe où : à la plage, dans le métro aux heures adéquates, ou dans la même pièce que votre famille adorée sans avoir besoin de vous isoler sur votre grande table de jeu située au grenier.

« Pistolet » en main donc, vous pourrez ainsi  améliorer une des deux premières cartes de votre paquet.
Pour effectuer cet « upgrade », il suffira d’utiliser quelques-unes de vos ressources stockées.

En effet, 16 de nos cartes peuvent être améliorées  de deux façons, soit en payant une rotation de la carte, soit en payant son retournement selon le coût indiqué.
La carte améliorée sera ensuite placée à l’arrière du paquet pour n’être utilisée qu’au tour suivant.

A savoir, vous disposez de 8 tours, soit de huit défilements de l’ensemble de votre paquet.

Une carte intercalaire située dans le jeu permet évidemment ce suivi.
Cette 17 ème carte évolue du simple fait de poursuivre le jeu jusqu'à son terme.
 
A la fin de votre partie, vous compterez alors les points étoilés de vos réalisations lorsqu’elles en sont dotées !

Selon les objectifs du jeu, vous devrez  déjà obtenir 30 points afin d’être considéré comme joueur respectable.
Les fins de partie à 29 points nous ont donnés quelques vilaines expressions…

Notre propos étant avant tout de faire état de la découverte d’un nouveau jeu, disons que nous avons bien scoré après 10 parties, avec 33 points.
Très Heureux, nous avons été !

Lors de cette dernière, nous avons même obtenu 2 récompenses, soit deux cartes supplémentaires pour faciliter nos prochaines gestions en les ajoutant à nos 17 cartes initiales.

Savoir ne pas lire n'est pas enseigné ! :

Si à PALM-ISLAND,  Il nous reste sept autres récompenses à gagner,  notons que l’une d’entre elle, invite à ne pas améliorer de Temple.
Mais précisons-le, chaque amélioration de Bâtiment, Logement ou Temple, donne des points de victoire en fin de partie.
A un certain niveau, améliorer un Logement donne autant de point que l’évolution d’un Temple plus difficile à réaliser ! (spoil)
C'est aussi un fait qu’en début de partie, les « carrières » ne donnent pas de pierres, il vous faudra « déboiser » pour  améliorer ces cartes. (spoil)
Enfin soulignons que faire évoluer vos cartes « Bois » au maximum, attribueront également des points non négligeables même s’ils sont inférieurs à  ceux cherchés par l’upgrade des « Logements ». (Faut-il relire cette phrase?)

D’autres cartes ne donneront pas d’étoiles (points de victoire) après leur transformation, mais elles donneront sûrement accès à un plus grand nombre de ressources à stocker – ou pas.

La carte « Fabricant d’outils » dont l’évolution est payée avec un bois et un poisson,  vous permettra -par la suite -  de facilement  transformer d’autres cartes. (Grosse révélation)
 



Bref, nous avons matériellement aimé ce petit jeu, à la belle mécanique, presque semblable à « VENDREDI »  dans cette manière différente de faire évoluer son jeu de cartes pour gagner de l’exceptionnel ou de l’incroyable !


 



Merci à John Mietling pour sa création.
Merci à « NUTS ! » pour son édition française de juin 2019 et de bonne facture.

Si  ce jeu permet aussi de jouer à deux, en mode coopératif ou compétitif, avec des modes "Famine", " Eruption volcanique" ou "Ouragan", d'ajouter quelques villageois au jeu;  en ce point, il nous tarde en mode solo d’utiliser notre « Statue de la Confiance » et notre « Monument de la Gloire ».

Signé l'Ancien

Voir les commentaires